ActuAlités

Toutes les actualités du village de Durban-Corbières

Assemblée Génerale de l'ARBRA

samedi, 16 mars 2019

ARBRA NE BAISSE PAS LES BRAS


L’assemblée générale ordinaire de l’association citoyenne de la Berre du Rieu et affluents s’est tenue le 16 mars, pour la 4ème année de suite. Bernard NOWOTNY, président, ouvrait la séance et remerciait celles et ceux qui ont pu se libérer pour y participer. Etaient présents les maires Michel JAMMES de Sigean, Christian GAILLARD de Durban, Sophie COURRIERE-CALMON, conseillère régionale ; Danièle BERDOUE, présidente de l’association Vies à Sigean ; Paulette BARBE, présidente de l’association Tourrenc et Orbieu ; Pierre LECLERC, représentant l’union nationale des inondations (UNACLI).


Le président rappela les évènements dramatiques survenus dans le Carcassonnais, en octobre 2018 : « Tous ces évènements nous interpellent,  ravivent nos mémoires et nous poussent à poursuivre notre combat, parce que malheureusement les mêmes causes produisent les mêmes effets. Nous constatons que tout n’est pas fait pour rendre les inondations méditerranéennes moins meurtrières ». Et propose une minute de silence à la mémoire des personnes disparues. Le président présente ensuite, et argumente les différentes actions menées par Arbra au cours de l’année 2018 : actions menées auprès du ministère de l’Economie et des Finances concernant la contribution des fonds Barnier de l’exonération de la taxe foncière 2015 et la révision de la dite taxe pour les riverains régulièrement et violement inondés, actions menées auprès des députés Alain PEREA et Danièle HERIN, la prise de position de l’Arbra sur la déclaration d’intérêt général des travaux de restauration de la  ripisylve (enquête publique du 16 juillet au 23 août 2018). L’Arbra a attiré l’attention du commissaire enquêteur entre autres sur le fait que les travaux n’ont pas pour objectif la protection des personnes et des biens, et regrette également que la gouvernance spécifique Berre, qui a pour mission la mise en œuvre des recommandations de l’audit diligenté en 2016 par le ministre de l’Environnement soit au point mort, insiste également en déclarant « ne pas être complice d’un système qui rejette systématiquement la responsabilité sur les riverains ». Le combat porte essentiellement sur le nettoyage et le recalibrage du lit mineur des rivières et l’entretien des berges de façon raisonnée, afin de redonner le libre écoulement des eaux, qui a pour objectif prioritaire la sécurisation des personnes, de leurs habitations et des enjeux économiques sur tout le bassin versant de la Berre.